Un Serial qui vous veut du bien

De plus en plus étouffée par le rythme qui lui est imposé, notre société se tourne depuis maintenant plusieurs années vers des pratiques destinées à retrouver une certaine tranquillité, du moins intérieure.

Parmi ces pratiques, le yoga s’est rapidement imposé comme un moyen de lutter contre une frénésie extérieure la plupart du temps incontrôlable. Un moyen de se recentrer, décompresser, se renforcer mais aussi et surtout se retrouver. Pas de rythme effréné ou de temps imposé, tout se veut propre à chaque personne, chaque corps.

Pour certains, sa pratique se montre révélatrice et marque un véritable tournant de vie, aussi naturel qu’inattendu. Cela reste le cas pour Axelle Roucou, professeur de yoga et créatrice de Serial Yogger.

Axelle 160

Plutôt orientée vers les médias et l’économie au cours de ses études (elle a obtenu une maîtrise en sciences économiques et une licence en communication), Axelle n’avait en effet aucun lien avec le yoga au début de sa carrière.

Son premier travail ? Un poste au sein de la rédaction de la chaîne LCI, à l’époque tout juste créée. « Je suis devenue assistante spécialisée des émissions au service économique de la rédaction ». Pas (encore) de yoga à l’horizon, donc.

Elle l’affirme elle-même, « la décision d’arriver au yoga n’était pas du tout préméditée ».

Pas de préméditation, mais peut-être une attirance naturelle puisqu’elle passe la porte d’un studio de yoga en 2011, alors qu’elle couvre la Coupe du Monde de rugby en Nouvelle-Zélande : « J’en avais un peu fait avant mais cela ne m’avait pas autant percutée et séduite. Là, ça a été un gros déclic puisque j’ai continué à pratiquer à Paris. Je me disais que, quand j’avais un peu de temps devant moi, cette activité pouvait venir en plus de mon travail d’enquêtes journalistiques. En tout cas, je savais que le yoga pouvait devenir important pour moi personnellement ».

Difficile de croire que le yoga n’a pas toujours fait partie de la vie d’Axelle lorsqu’on la voit enchaîner les pauses sur ses réseaux sociaux (par exemple sur son compte Instagram), avec une fluidité déconcertante doublée d’enthousiasme, de force et de délicatesse.

Axelle 139

Voyant les effets positifs procurés par la discipline, elle décide de se lancer en 2013, avec une première formation en Californie. A son retour, elle continue à réaliser des reportages et documentaires, puis commence à donner des cours dans un studio parisien (qui s’appelait alors le Yoga Bikram Paris).

Deux ans plus tard, Axelle a 40 ans et se fixe un objectif : se donner un an pour ne faire que du yoga. « Je me suis dit « si j’aime autant le yoga, que ça me parle et que ça me touche autant, alors je changerai de profession et je ne ferai plus que ça ».

Elle poursuit alors sa formation en Inde et Indonésie avec du Yoga Vinyasa et du Yin Yoga (elle fait également des stages de méditation Vipassana en complément).

Le yoga est en effet constitué de plusieurs pratiques, avec des objectifs bien précis. Si le Vinyasa, yoga dynamique (le terme « Vinyasa » vient du Sanskrit « nyasa » signifiant « placer »), consiste à enchaîner plusieurs poses rythmées par la respiration corporelle, le Yin Yoga est un yoga plus doux (« Yin » signifie « immobile »), dont l’objectif n’est pas de renforcer ses muscles, mais de les relâcher, dans une attitude davantage comparable à de la méditation.

La fin de cette année donne ainsi raison à son amour pour le yoga – elle décide alors de s’y consacrer à 100%.

Axelle 290

L’idée de monter sa propre entreprise dans le yoga n’est pourtant pas venue tout de suite. « En commençant à enseigner à Paris, je n’avais pas d’autre choix que d’avoir le statut d’auto entrepreneur. Les studios parisiens n’embauchaient pas de professeur et si je voulais donner des cours chez eux, il fallait que j’aie ce statut. J’ai donc fait les démarches pour l’obtenir lorsque j’étais encore réalisatrice TV.

Puis, quand j’ai basculé vers le yoga à plein temps, je savais que je ne voulais plus être seule. Je voulais pouvoir travailler avec d’autres professeurs et englober d’autres corps de métier dans mon équipe. C’est pour cette raison que j’ai créé ma propre entreprise ».

A la tête de Serial Yogger, Axelle peut enfin s’adonner à sa passion, sans pour autant laisser les formations de côté : « Etre professeur ne veut pas dire ne plus se former, au contraire ; le yoga ne s’arrête pas aux portes d’une formation, il continue. J’ai beau être jeune professeur, je continue aussi à être élève. Je prends le plus de cours possible avec d’autres professeurs.

Depuis 2013, je me suis concentrée sur les 3 formations principales de yoga  – le Vinyasa, le Yin Yoga et le Bikram (yoga pratiqué dans une salle chauffée à plus de 40°). Et cette année, j’ai suivi des modules sur le yoga de la femme et les traumatismes. Cela me permet de mieux transmettre le yoga, notamment lorsque je fais des cours en prison ou dans des centres pour délinquants ».

Si la pratique du yoga est désormais centrale dans sa vie d’entrepreneur, il lui faut également s’occuper d’une partie plus administrative; une journée sans yoga s’articule ainsi entre temps passé derrière l’ordinateur, rendez-vous avec d’éventuels futurs partenaires et concrétisation de nouveaux projets. « Je ne m’arrête jamais d’avoir de nouvelles idées – et j’aime bien quand celles-ci se réalisent ».

Serial Yogger LP 047

Pour ses journées consacrées au yoga, le programme est naturellement bien différent. Après un lever à 6 heures du matin, Axelle s’attache à se réserver un peu de temps. A l’inverse d’autres activités, ce temps-là n’est pas partagé sur les réseaux sociaux, car il demeure très personnel. Un temps de méditation précieux avant le début des cours en studio. Une pause si le temps le permet, puis c’est reparti, la plupart du temps pour faire des cours en entreprise le midi.

L’après-midi lui permet de se poser à nouveau, réécouter quelques bandes son et s’inspirer de pratiques yoga sur internet, qu’elle peut par la suite intégrer à ses cours.

Un dernier cours en fin de journée, puis vient « le repos bien mérité du yogi pour prendre le temps de partager un repas avec mon amoureux et aller me coucher (pas trop tard) ».

Au fil du temps, Serial Yogger continue à grandir avec un spectre d’entreprises ne cessant de s’élargir, pour le plus grand bonheur d’Axelle et de ses professeurs : « De plus en plus de salariés nous font confiance et sont pris par le virus yoga, et ça, ça fait vraiment super plaisir à voir parce que c’est quelque chose qui les accompagne et qui ne les quitte presque plus après ».

axelle3

(Re)nouer de nouveaux partenariats, notamment avec le festival américain de yoga Wanderlust, mais aussi avec la Fédération Française de Natation (c’est avec cette dernière qu’Axelle a initié des intéressés au yoga sur l’eau, bassin de la Villette), s’avérera également un challenge très important pour la suite.

L’objectif ? Appliquer la pratique du yoga sous toutes ses formes: « Je suis persuadée que le yoga peut s’articuler autour de n’importe quel secteur. J’aimerais beaucoup que les hôpitaux et les écoles puissent intégrer de petits modules de yoga pour les enfants, pour qu’ils puissent commencer leur journée sur le même modèle que celui canadien ou suisse ».

Car après tout, « Le yoga, c’est pour tous et partout ».


 

N’hésitez pas à suivre l’actualité d’Axelle sur www.serialyogger.com et sur ses réseaux sociaux : Instagram (@serialyogger), et Facebook !

 

Une réflexion sur “Un Serial qui vous veut du bien

  1. Votre article m’a convaincu . Promis je vais.m’y mettre et excellente idée pour des enfants à.l’ecole de débuter la journée et peut être de.la terminer par qques exercices de yoga. Merci .

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s